Accueil

Depuis 1998, le chercheur et explorateur français Thierry Jamin parcourt le sud-est du Pérou en tous sens sur les traces de la présence permanente des Incas en forêt amazonienne et de la cité perdue de Païtiti.

Après de nombreuses campagnes de recherches, réalisées en collaboration avec les autorités péruviennes, Thierry Jamin et ses compagnons créent en septembre 2009 une première organisation non gouvernementale dédiée à la recherche scientifique. Une trentaine de mises au jour archéologiques exceptionnelles sera grâce à eux officialisée, entre 2009 et 2011, dans le nord du département de Cusco. Parmi celles-ci, plusieurs nécropoles, des forteresses et de nombreuses citadelles incas magnifiques peuplées de centaines d’édifices, de dizaines de rues et de places, etc. Thierry Jamin en est persuadé, la ville principale de ses recherches n’est plus très loin.

De gauche à droite : L’archéologue espagnol Daniel Merino Panizo et José Casafranca Montes, deux responsables de l’Institut Inkari De gauche à droite : L’archéologue espagnol Daniel Merino Panizo et José Casafranca Montes, deux responsables de l’Institut Inkari. (Photo : Thierry Jamin, octobre 2011)

Victime aujourd’hui de son succès, l’explorateur français doit transformer, en janvier 2012, son ancienne structure associative en une organisation plus solide : c’est l’Instituto Inka de Investigación y Revaloración Indígena, ou Instituto Inkari – Cusco. Cette organisation non gouvernementale, sans but lucratif, a pour mission principale la recherche scientifique, la protection et la mise en valeur de sites archéologiques existant sur le territoire national péruvien.