Ses Missions

Cirilo Echegaray, un habitant de la vallée de Lacco, conduit notre équipe jusqu’à la citadelle de Monte Puncu, dans la vallée de Chunchusmayo. Cirilo Echegaray, un habitant de la vallée de Lacco, conduit notre équipe jusqu’à la citadelle de Monte Puncu, dans la vallée de Chunchusmayo. (Photo : Thierry Jamin, juillet 2010)

Comme son nom l’indique, les missions de l’Instituto Inka de Investigación y Revaloración Indígena – Cusco (Instituto Inkari – Cusco) sont de promouvoir, d’impulser et de réaliser des programmes de recherche scientifique à caractère archéologique et/ou anthropologique sur le territoire national péruvien. Son axe principal de recherche est l’étude de la présence permanente des civilisations inca et pré incas en forêt amazonienne et la recherche de leur principal centre d’occupation et d’expansion. L’hypothèse de l’existence d’un centre archéologique amazonien majeur, comme celui de la légendaire cité perdue de Païtiti, constitue l’une des principales directions des recherches de Thierry Jamin et de son groupe depuis 1998. Les résultats des dernières campagnes d’exploration du groupe Inkari vont dans ce sens.

Ce faisant, l’Institut Inkari s’est aussi fixé comme objectifs la protection du patrimoine culturel, historique et archéologique préhispanique sur l’ensemble du territoire péruvien par tous les moyens.

De gauche à droite : Thierry Jamin et Alain Bonnet amènent un téléviseur et un lecteur DVD à l’école primaire de la communauté matsiguenga de Palotoa Teparo. De gauche à droite : Thierry Jamin et Alain Bonnet amènent un téléviseur et un lecteur DVD à l’école primaire de la communauté matsiguenga de Palotoa Teparo. (Photo : Thierry Jamin, mars 2007)

L’Institut Inkari conseille, soutient, sensibilise et forme aux techniques de protection du patrimoine culturel auprès des populations locales de ses zones de recherches, dont les ressources économiques sont bien souvent très précaires.

Dans le cadre de ses campagnes annuelles d’investigations, l’Institut Inkari soutient les populations locales pour améliorer leurs conditions de vie dans le cadre de projets à caractère culturels, économiques et sociaux : projets sanitaires (constructions de centres de santé ou de dispensaires), éducatifs (construction d’écoles), agricoles (mise en place de circuits de distribution et de promotion de productions agricoles locales, etc.), projets de développement économique et touristique (aide à la construction de pistes, élaboration, mise en place et promotion de circuits touristiques dans l’esprit du tourisme solidaire, etc.), projets visant à la protection et à l’amélioration du milieu naturel, etc.

Lors d’une campagne de recherche dans la zone restreinte du Parc National du Manú, Goyo Toledo, Chef de la communauté matsiguenga de Mameria, offre à Thierry Jamin plusieurs céramiques et des tumis, découverts dans sa chacra les années passées. Ces objets sont aujourd’hui visibles au musée de Ministère de la Culture à Puerto Maldonado, Madre de Dios. Lors d’une campagne de recherche dans la zone restreinte du Parc National du Manú, Goyo Toledo, Chef de la communauté matsiguenga de Mameria, offre à Thierry Jamin plusieurs céramiques et des tumis, découverts dans sa chacra les années passées. Ces objets sont aujourd’hui visibles au musée de Ministère de la Culture à Puerto Maldonado, Madre de Dios. (Photo : Thierry Jamin, mai 2009)

Dans le cadre de ces projets de recherches, l’Institut Inkari opère exclusivement dans les cadres légaux prévus par la Loi péruvienne, en coordination avec les institutions et administrations officielles : Ministère de la Culture, Directions régionales de Culture, Ministère de l’Environnement, Service National des Aires Naturelles Protégées (SERNANP), gouvernements régionaux, municipalités, communautés paysannes, etc.

Les résultats des investigations archéologiques du groupe Inkari sont publiés après chaque campagne dans le cadre d’un Rapport Final, auprès du Ministère de la Culture et font l’objet de publications régulières dans la presse spécialisée et tout public, au niveau national et international.

Dans ces zones d’exploration, l’équipe de l’Institut Inkari se veut un élément dynamique dans le cadre d’un développement économique et social au profit des populations isolées, désireuses d’accéder à une amélioration légitime de leur cadre de vie, notamment en matière de santé, d’éducation, de voies de communication, d’accès à l’électricité et à l’eau potable, etc.

À cet effet, l’Institut Inkari contribue à l’organisation et à la planification de projets économiques et sociaux en soutenant activement la création et l’action d’autres associations, de comités locaux et de petites ou micros entreprises d’intérêt communal, dans le cadre d’une production d’activité économique susceptible d’aider au développement de ces populations : mise en place de circuits touristiques locaux, constructions d’auberges, constructions de restaurants, développement d’activités artisanales, etc.

Dans le secteur éducatif, l’Institut Inkari soutient les communautés locales auprès des institutions provinciales, régionales et centrales afin d’aider à la construction et à la gestion d’établissements scolaires ruraux, à la création et à la gestion de bibliothèques de campagne, à l’accès à l’informatique, à l’Internet et au multimédia.

Dans son camp de base à Mameria, Thierry Jamin nettoie les fragments de céramique découverts dans des sites archéologiques du Parc National du Manú. Dans son camp de base à Mameria, Thierry Jamin nettoie les fragments de céramique découverts dans des sites archéologiques du Parc National du Manú. (Photo : Thierry Jamin, mai 2009)

L’Institut Inkari considère aussi comme une priorité de ses programmes d’action la protection de l’environnement naturel des zones concernées par ses investigations. Il soutient, auprès des communautés locales et des institutions régionales et centrales, tout type d’action visant à protéger les écosystèmes. Il soutient et conseille les communautés locales dans le cadre de projets de reforestation, d’aménagement du territoire communal dans le cadre de travaux basiques de distribution d’eau ou d’évacuation des eaux usées, d’électrification, de transport ou d’aménagement de voies de communication.

À leur demande, l’Institut Inkari apporte ses conseils en matière juridique, technique et/ou financière aux communautés locales dans le cadre d’un renforcement de la gestion publique et privée de leurs institutions : conseils juridiques, techniques et/ou financiers dans le cadre de projets économiques et sociaux, tels que la construction d’infrastructures sanitaires, éducatives, touristiques, etc. ; conseils juridiques, techniques et/ou financiers dans le cadre de la création de petites ou micros entreprises ; conseils juridiques, techniques et/ou financiers dans le cadre de projets de développement agricoles ou industriels (mines, pêche, tourisme équitable, etc.), d’innovations technologiques, etc. ; conseils juridiques, techniques et/ou financiers dans le cadre de la commercialisation de produits locaux à l’échelon régional, national ou à l’exportation.

À leur demande, l’Institut Inkari met son service juridique à la disposition des communautés locales et de leurs habitants pour la défense de leurs droits : aide à l’accès aux registres de propriétés immeubles, accès à la justice, à la santé, à l’information, à la défense de leurs droits citoyens, etc.

De gauche à droite : l’archéologue superviseur du Ministère de la Culture Domingo Farfán, et Thierry Jamin, lors de la visite du site de Umapata. De gauche à droite : l’archéologue superviseur du Ministère de la Culture Domingo Farfán, et Thierry Jamin, lors de la visite du site de Umapata. (Photo : Thierry Jamin, octobre 2011)

L’Institut Inkari défend les droits des populations indigènes et des peuples premiers. Il souscrit catégoriquement aux dispositions établies par les Nations Unies protégeant les droits et libertés des populations indigènes.

Ses actions de soutient se réalisent dans un cadre de total équité, de justice et d’indépendance politique et idéologique. Ses principes d’actions sont la transparence et le respect absolu de l’étique professionnelle, seules conditions pour garantir l’efficacité des actions entreprises sur le terrain.

Pour mettre en œuvre ses missions de recherche et ses projets sociaux et culturels, l’Institut Inkari utilise tous les moyens légaux considérés comme nécessaires. Il sollicite le soutient économique et technique des institutions nationales péruviennes, mais également celui de toute institution internationale désireuse d’appuyer son action. Les entreprises et associations privées péruviennes et internationales, ainsi que les particuliers, peuvent également contribuer activement au fonctionnement de l’Institut Inkari.